Page 5 - RA 2015.indd
P. 5

ACTION LOGEMENT
RAPPORT ANNUEL 2015
LES PARTENAIRES
SOCIAUX ONT ENGAGÉ
LA TRANSFORMATION
D’ACTION LOGEMENT
POUR RENFORCER
CE FORMIDABLE OUTIL
AU SERVICE DE 14 MILLIONS
DE SALARIÉS RÉPARTIS
AU SEIN DE PLUS DE
223 000 ENTREPRISES.”
Jean-Baptiste Dolci,
Vice-président d’Action Logement
Partenaires sociaux, assureront le dialogue avec les collectivités territoiriales, les institu- tions et les entreprises. Ils permettront à Action Logement de disposer d’une meilleure connais- sance des besoins locaux. Ils s’appuieront égale- ment sur des partenariats constructifs avec les collectivités locales et les élus. À chaque échelon, cette nouvelle organisation paritaire permettra que les décisions prises s’appliquent partout et au service de tous.
Que peuvent attendre les entreprises et leurs salariés de cette réforme ?
Jacques Chanut > Action Logement proposera des services de proximité et un accompagne- ment renforcé pour les entreprises et les sala- riés. Aux entreprises, il s’agit d’apporter une réelle valeur ajoutée pour faciliter le recrute- ment, l’intégration, l’évolution professionnelle de leurs salariés en favorisant l’accès à une o re de logements économiquement accessibles sur tout le territoire. Nos activités et nos ressources seront mieux coordonnées pour que les loge- ments construits et  nancés répondent à une demande mieux identi ée. Cette dynamique est déjà engagée : en 2015, Action Logement a produit 25 000 logements et obtenu 70 000 ré- servations de logements dédiés aux salariés, en contrepartie des  nancements accordés aux bail- leurs sociaux. Nous contribuons ainsi à 30 % de la construction HLM en France.
Par ailleurs, la Convention signée avec l’Union Sociale pour l’Habitat le 10 novembre dernier, garantit aux bailleurs sociaux, quel que soit leur statut, l’équité d’accès à nos  nancements. Nous continuons de soutenir la production dans les zones tendues, et d’accompagner la revitalisation
des villes et quartiers pour renforcer leur attrac- tivité. Avec la réforme, nous souhaitons doubler notre volume de production de logements en cinq ans, avec une exigence accrue de qualité et de per- formance énergétique.
Jean-Baptiste Dolci > Aujourd’hui, 90 % des emplois pourvus sont des contrats temporaires. Avec cette réforme, nous allons concentrer nos e orts sur nos publics prioritaires : les salariés précaires, les jeunes actifs (dont les alternants) et les salariés en mobilité professionnelle. Le déploiement d’une marque unique va nous assurer une meilleure visibilité et un accès faci- lité à nos aides et services, notamment en ligne. En n, avec l’APAGL, nous allons développer de nouvelles o res, comme récemment la garantie de loyer Visale, dédiée au parc privé, a n de lever la di culté à se loger quand on a trouvé un emploi. Une enveloppe de 120 millions d’euros aidera, chaque année, 150 000 ménages à trouver un logement. Notre objectif est globalement d’aug- menter de 20 % le nombre de salariés béné ciant de nos services. Pour cela, nous comptons sur la mobilisation et l’expertise des 18 000 collabora- teurs du groupe dans une dynamique de service client.
Acteur historique du renouvellement urbain, Action Logement a signé
une nouvelle Convention avec l’État et l’ANRU. Quels sont vos objectifs ?
Jacques Chanut > Action Logement est de longue date un partenaire très engagé aux côtés de l’État, dans sa politique du logement. Avec la Conven- tion quinquennale signée  n 2014, qui clari e le rôle d’Action Logement dans le cadre de cette
politique, nous nous sommes réengagés fortement en faveur des quartiers. En signant  n 2015 la Convention tripartite avec l’État et l’ANRU, nous devenons le  nanceur quasi exclusif du Nouveau programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU). Dans ce cadre, nous souhaitons être davantage impliqués et mettre nos expertises et notre vigilance au service des habitants, des quar- tiers et de leur réhabilitation.
Jean-Baptiste Dolci > Plus que jamais, Action Logement sera attentif à ce que les fonds alloués favorisent la rénovation urbaine, mais aussi la mixité sociale, la diversité de l’habitat et le loge- ment des salariés – notamment via l’accession à la propriété. La question de la mobilité des salariés est au cœur des savoir-faire d’Action Logement et elle rejoint tout à fait les objectifs de mixité sociale du NPNRU. Les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) peuvent jouer un rôle majeur dans les questions de mobilité professionnelle si la transformation urbaine et foncière est de qua- lité. L’Association Foncière Logement, opérateur d’Action Logement, est spéci quement dédiée à ces sujets et sa valeur ajoutée est déjà mesurée : 20 % des locataires entrants sont en mobilité profession- nelle, moins de 10 % proviennent du quartier et 50 % de la région au sens large. On le sait, tout pro- jet de renouvellement urbain réussit dès lors qu’il permet au quartier de redevenir attractif. Loger les salariés dans les quartiers rénovés, c’est donc relan- cer et dynamiser les parcours résidentiels, ouvrir les quartiers et les esprits de chacun. Cela s’inscrit parfaitement dans notre mission d’intérêt général.
5


































































































   3   4   5   6   7